Micros guitare bobinés à la main en France

Le son de la Stratocaster

Le son de la Stratocaster
8 janvier 2020 Cecca Guitars
Comment sonne la Stratocaster et pourquoi ? Photo Stephen Niemeier

Comment sonne une Stratocaster ? Ou plus précisément : Pourquoi une Stratocaster sonne-t’elle de cette manière, avec ce claquant et cette brillance si caractéristique ? On pourrait d’ailleurs également se poser la question pour les différents modèles de guitare. La Les Paul, l’ES-335 de Gibson, la Telecaster, ont aussi leur signature sonore.

La particularité sonore de chaque instrument dépend directement de la manière dont les guitares sont construites ainsi que des bois et des composants utilisés.
Entrons donc dans le détail pour cette icône de la musique électrifiée depuis 1954.

Quelle Stratocaster ?

Nous pouvons noter qu’il y a plusieurs périodes dans la vie de la Stratocaster et de très nombreux modèles. Par conséquent, le son d’une strat varie parfois énormément en fonction des époques et des modèles. Doubles bobinages, vibrato Floyd Rose, essences de bois exotiques : toutes les variantes sont possibles pour cet instrument qui a été pensé, par son créateur Léo Fender, pour être modulaire. Nous nous intéresserons ici aux modèles des années 50 à fin 60.

Stratocaster Sunburt touche érable de 1958
Comment sonne la Stratocaster et pourquoi ? Photo Stephen Niemeier

Le bois

Les deux essences originelles utilisées pour la fabrication de la Stratocaster sont l’aulne pour le corps et l’érable pour le manche.

L’aulne du corps va transmettre les différentes fréquences de manière assez équilibrée. le rendu va donc être plutôt neutre. L’érable quant à lui va faire ressortir les aigus. La touche en palissandre que l’on trouvera un peu plus tard dans les années soixantes apportera un peu plus de rondeur au son.

Jonction corps/manche

Les guitares Fender sont caractérisées par l’utilisation d’un manche vissé au corps, contrairement à Gibson qui utilise des manches collés. Cette option d’assemblage va permettre une grande modularité, facilité la production, notamment plus tard lorsque CBS lancera la production industrielle dans les années 70, mais aussi réduire le sustain de l’instrument.

La jnction corps/manche d'une stratocaster. Le manche vissé sur le corps, vu de l'arrière
Bloc chevalet/Vibrato flottant d'une Stratocaster

Le bloc chevalet/vibrato

La stratocaster dispose d’un vibrato bien spécifique qui comprend le chevalet avec pontets réglables en distance pour l’intonation et hauteur (contrairement aux Gretsch et Gibson équipé de Bigsby avec d’un côté le bloc vibrato et de l’autre le chevalet Tune-o-matic). Le caractère flottant de ce vibrato réduit le sustain général de l’instrument (sustain : la durée de vie d’une note).

Les micros

La stratocaster le caractérise de ce point de vue par l’utilisation de 3 micros simple bobinage. Les aimants sont au centre de la bobine de fil de cuivre, contrairement aux P90 (le concurrent direct de l’époque) où les 2 aimants sont sous la bobine. La bobine ést plus haute que celle d’un P90 et le nombre de tour moins important (environ 8000), la surface du micro est donc assez étroite. Le champ magnétique étant de ce fait moins large, on obtient un son fin, légèrement creusé et très ouvert. Ces micros disposent d’un niveau de sortie relativement modéré ce qui les rend parfait pour une utilisation en son clair et crunch. Les premiers modèles seront vite accaparé par les joueur de Surf music qui ont su tiré parti de ce claquant, puis les Blues men, puis Jimi Hendrix.

Si la structure des micros simple bobinage est toujours la même, les différents composants a varié au fil des années. Nous analyserons ici les deux premières périodes.

Première période : les années 50

Lors de la naissance de la Stratocaster les micros sont constitués d’aimant Alnico 3 et de fil Heavy Formvar. L’Alnico est un alliage principalement d’Aluminium, de Nickel et de Cobalt sauf… l’Alnico 3 qui ne possède pas de Cobalt. Cette aimant se caractérise par une puissance magnétique assez faible (et donc un niveau de sortie également) et va mettre les medium plus en avant. Cependant dès la fin de l’année 1954, Fender remplace l’Alnico 3 par de l’Alnico 5, au niveau de sortie plus important et disposant de plus d’aigus et de claquant. Si le fil de cuivre utilisé pour le bobinage est toujours le même, c’est le matériau de l’enrobage, l’isolant, qui varie. Le premier a être utilisé est le Heavy Formvar, jusqu’en 1964. D’un point de vue sonore, il va mettre les aigus en avant. Il est facilement reconnaissable par sa couleur orange assez claire. C’est l’alliance d’Alnico 3, puis Alnico 5 et de fil Heavy Formvar est la vraie signature sonore des Stratocaster de 1954 à 1964.

Deuxième période : de 1965 à 1970

En 1965, sous la direction de CBS, nouveau propriétaire de Fender, les micros des stratocasters sont modifiés. L’aimant choisi est toujours un Alnico 5. Le bobinage quant à lui est réalisé avec un fil de cuivre dit “Plain Enamel”, de couleur brun/rouge, alors utilisé par Gibson pour ses P90s et ses Humbuckers.

Ce dernier n’impacte pas directement le son mais le Formvar, à base de formaldehyde était hautement cancérigène. C’est le son de Jimi Hendrix à Woodstock.

0